Sénégal LGBT "Comme un étranger dans mon pays"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sénégal LGBT "Comme un étranger dans mon pays"

Message par vanessa-78 le Sam 14 Mar - 11:10

Dimanche 09 novembre 2014 à 10h17

Omar a fui Dakar pour Bruxelles en raison de son homosexualité et par crainte de représailles. Nous l’avons rencontré…

«Je ne savais pas ce que c’était les droits de l’homme. Sinon, je serais venu plus tôt en Belgique.» C’est dans un petit café proche de la porte Louise que nous rencontrons Omar. Autour d’un chocolat chaud, il murmure l’histoire qui l’a amené jusqu’à Bruxelles.

Le jeune homme s’excuse: «Merci de parler assez fort car je n’entends pas bien.» Il y a cinq ans, Omar est arrivé à Bruxelles en provenance de Dakar. En raison de son homosexualité, il a préféré la clandestinité à Bruxelles plutôt que la peur quotidienne à Dakar. «Parce que j’étais homosexuel, mon père m’a maltraité. Vers mes 18 ans, il me versait de l’huile chaude dans les oreilles. Mon papa est très religieux. Au Sénégal, même si tu as 30 ans, ton père peut encore te gifler.»

Omar était danseur dans une troupe. Une tournée européenne l’a mené jusqu’à Bruxelles: un aller sans retour. «J’avais appris que mon petit copain avait été attrapé par la police. Ma famille m’avait envoyé des lettres pour me dire de ne plus revenir. Je me suis alors dit: “ je ne retourne pas ”.»

Invoquer son identité sexuelle et les menaces qui pèsent sur lui seront-elles suffisantes pour lui permettre de rester? C’est loin d’être une évidence. «Je suis réfugié et j’ai besoin des ONG. J’ai déjà passé une première interview mais j’étais trop énervé et j’ai pleuré pendant 2h30.» Aujourd’hui, il sait que son avenir en Belgique tient à peu de chose: «On peut me rembarquer. C’est comme si j’étais assis sur un siège avec un seul pied.»

Son quotidien à Bruxelles est pourtant peu enviable. Il loge dans des conditions difficiles, vit de petits boulots… «À Bruxelles, c’est diamétralement opposé à ce que je vivais au Sénégal. Les gens sont ouverts et aimables. Même si tu es homo ou Africain, dès qu’ils te voient, ils t’estiment.»

Il n’a plus jamais eu de contacts avec sa famille, ni avec son pays. «Ma famille a eu le cœur de m’abandonner; alors moi aussi! Le pays ne me manque pas, c’est comme si je l’avais quitté hier. Si j’y retourne, la sentence, ce sera la prison. Si la police t’attrape, on peut te tuer sur place. J’étais comme un étranger dans mon pays.»

Réfugié «sexuel»?

L’identité sexuelle des réfugiés et les conditions dans lesquelles ils sont réprimés dans leur pays peuvent entrer en compte pour la régularisation d’un dossier.

À Dakar, nous y avons rencontré Djamil. Le jeune homme a mis en place une association baptisée «Patience». Tous les homosexuels qui ont sollicité à un moment donné son aide sont repris dans un carnet. «J’ai déjà eu des contacts avec la Belgique: avec des avocats ou des jeunes qui étaient partis. On me demande de confirmer leur identité. Oui, il y a des Sénégalais qui sont sur la route en raison de leur orientation sexuelle. Ils abandonnent tout pour sauver leur peau.»

Rencontré au forum social à Dakar, Kemal Kebe est proche des médias sénégalais. L’association PANOS pour laquelle il travaille offre des formations aux journalistes pour aiguiser leur sens critique. «L’homosexualité? Les journalistes ne sont pas prêts à en parler.» Les médias locaux prennent souvent peu de recul et jugent durement les cas d’homosexualité.

Mais il faut aussi se méfier de ce qui circule sur le net. Sachant que l’identité sexuelle d’un migrant peut l’aider pour obtenir un statut de réfugié, certains en jouent abusivement pour le faire-valoir dans leur dossier. «Sur certains sites en ligne, tu les payes et ils publient comme quoi tu es gay. Le forum est ouvert et la personne se fait insulter.» Et copieusement… Une fois l’article et les insultes imprimés, ils sont joints au dossier du candidat réfugié qui n’a peut-être rien d’un homosexuel.
Source lavenir.net

vanessa-78

Messages : 296
Date d'inscription : 15/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sénégal LGBT "Comme un étranger dans mon pays"

Message par maisonespoir le Mar 17 Mar - 11:13

il a eu beaucoup de chance et de courage, c'est vraiment difficile pour les parents africains d'accepter l'homosexualité de leur enfants ils sont près a tout même a tuer leur propre enfants pour cacher l'orientation sexuelle de leurs enfants.
courage et bien de chose a Omar.

maisonespoir

Messages : 22
Date d'inscription : 17/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sénégal LGBT "Comme un étranger dans mon pays"

Message par vanessa-78 le Mar 30 Juin - 15:58

Amnesty épingle le Sénégal pour discrimination sur la base d’orientation sexuelle réelle ou supposée

La Commission africaine dans ses Observations finales a recommandé que le Sénégal « continue de garantir à tous les citoyens les droits et les libertés ». Dans sa résolution 275, elle a rappelé que le droit à la protection contre la discrimination (Charte africaine, article 2) et le droit à une égale protection de la loi (Charte africaine, article 3) sont garantis à toutes les personnes quelles que soient leur orientation sexuelle réelle ou supposée et leur identité sexuelle.

Cependant, malgré le fait que des dispositions anti-discriminatoires soient « garanties » par la Constitution du Sénégal, les personnes continuent à être confrontées à des actes de discrimination sur la base de leur orientation sexuelle réelle ou supposée en droit et dans les faits.

Les autorités sénégalaises ont déjà soutenu que l’homosexualité n’est pas criminalisée en vertu de la loi sénégalaise.
Toutefois indique le communiqué d’Amnesty les relations sexuelles entre des adultes consentants du même sexe continuent à être criminalisées au Sénégal. « Des hommes et des femmes sont confrontés au harcèlement, à des arrestations arbitraires, à la torture et à des procès iniques parce qu’ils sont soupçonnés d’avoir eu des relations homosexuelles consentantes. Ainsi, en janvier 2009, neuf hommes ont été condamnés à huit années d’emprisonnement pour « conduite indécente et actes contre nature et association de malfaiteurs » sur la foi d’aveux que les forces de sécurité avaient obtenus sous la torture.
Leur interpellation avait fait suite à des accusations anonymes concernant leurs pratiques sexuelles. Ils ont tous été remis en liberté en avril 2009 après l’annulation de leur condamnation par la Cour d’appel de Dakar. Suite à leur libération, certains journaux ont diffusé des déclarations homophobes décrivant les neuf hommes comme des « vicieux » ou des « pervers » propageant le sida. Des émissions de radio ont aussi transmis des messages appelant la population à s'en prendre à quiconque est soupçonné d'« être un homosexuel », notamment en lui jetant des pierres. Plusieurs organisations défendant les droits des LGBTI et basées au Sénégal continuent de signaler que des personnes sont arrêtées et détenues sur la base de leur orientation sexuelle ».

L’environnement homophobe toléré par les autorités sénégalaises et exacerbé selon le rapport par certains médias et groupes religieux Sénégal qui ont créé un climat de peur parmi les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuelles (LGBTI) et notamment parmi les défenseurs et les militants des droits de l’homme travaillant sur ces questions qui craignent des représailles et des poursuites.

Les recommandations aux autorités sénégalaises lors de cet examen du Sénégal par la Commission Africaine des Droits de l’homme et des peuples en sa 56 ème session à Banjul (Gambie) sont les suivantes: réitérer leur engagement à respecter, protéger et mettre en œuvre les droits humains de toutes les personnes sans discrimination d’aucune sorte ; réviser la législation nationale qui favorise la discrimination, l’engagement de poursuites judiciaires et la punition de personnes uniquement sur la base de leur orientation ou identité sexuelles.

Ceci devrait comprendre :

- la révision de la loi qui criminalise explicitement les relations sexuelles entre adultes consentants du même sexe (article 319 du Code pénal)
- un terme aux arrestations d’individus en vertu de l’article 319 et libérer inconditionnellement et sans délai toute personne détenue sur la base d’orientation sexuelle réelle ou présumée
- la condamnation de la discrimination, le harcèlement et la violence homophobe et transphobe lorsque ceux-ci surviennent et faire en sorte que les crimes ciblant les personnes pour des raisons discriminatoires ne seront pas tolérés
- veiller à ce que les crimes motivés par une forme quelconque de discrimination et notamment sur la base de l’orientation sexuelle présumée fassent l’objet d’une enquête exhaustive et effective et que ceux contre qui il existe suffisamment de preuves recevables d’actes criminels soient traduits en justice.

Par Dakaractu

vanessa-78

Messages : 296
Date d'inscription : 15/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sénégal LGBT "Comme un étranger dans mon pays"

Message par vanessa-78 le Mer 26 Aoû - 11:00

Sept hommes condamnés à la prison pour relations homosexuelles


Sept Sénégalais ont été condamnés à des peines de six mois de prison après avoir été arrêtés par la police dans un appartement où il avaient des relations sexuelles.

E-llico

Cette arrestation avait eu lieu suite à la dénonciation par la mère de l'un des hommes qui a déclaré aux autorités que son fils était gay.

Les sept hommes ont été condamnés par un tribunal de Dakar en vertu de la loi sénégalaise qui considére l'homosexualité comme un "acte contre nature" passible d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison ou une amende de 2.200 euros.

L'avocat de la défense, Abdoul Daff - qui représente les hommes accusés - a souligné qu'"il n'y avait ni preuve matérielle, ni témoignage afin de corroborer les accusations".

"Donc, nous prenons note de cela et nous verrons quoi faire ensuite", a-t-il ajouté.

En juillet, un journaliste sénégalais a été condamné à six mois de prison pour "homosexualité".

Dans une tribune publié par le Huffington Post, Jean-Luc Romero appelle le le Sénégal à "respecter ses obligations internationales issues du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, notamment son article 17 ("nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes illégales à son honneur et à sa réputation") ou de la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples".

Il invite le président sénégalais, M. Macky Sall, à gracier les sept personnes condamnées.

vanessa-78

Messages : 296
Date d'inscription : 15/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sénégal LGBT "Comme un étranger dans mon pays"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum